La Place des Arts au bout des doigts

Application mobile de musique contemporaine interactive autour de la Place des Arts

Origine du projet

              La pandémie du Coronavirus COVID-19 a forcé l’ensemble du Québec à se confiner. Dans ce contexte, tous rassemblements ont été interdits, ce qui empêche tous les arts de la scène d’être pratiqués pour une période indéterminée. Ainsi, aucun concert n’est prévu cet été, ni cet automne. Cela a aussi eu comme impact de vider le centre-ville de Montréal, incluant les alentours de la Place des Arts. Dans le but de conserver une vitalité musicale à Montréal et au Quartier des Spectacles pendant cette période, il faut faire preuve de créativité, ainsi que de moduler le format de diffusion de la musique.

              Pour contribuer à la vitalité musicale montréalaise en tant de pandémie, une idée m'est venue à la suite d’un projet de création avec la Société de musique contemporaine du Québec, dans lequel nous avons produit une musique interactive appliquée à une bande dessinée. Cette production de la SMCQ a été faite en collaboration avec le programmeur Raphaël Huot, l’École Montessori d’Orford et moi-même, Olivier Gagnon.

Nous vous proposons donc un projet de musique contemporaine interactive à l’extérieur, autour de la Place des Arts.

PlacedesArts_Credit_Caroline_Bergeron.jp

Présentation du projet

Pendant l’été, les festivals permettent à La Place des Arts de rayonner par le biais de toutes sortes d’événements culturels. Lors de ceux-ci, on peut se promener et écouter différentes musiques, assister à différents spectacles, etc. Malheureusement, cette ambiance festive et culturellement très riche est absente pendant la période estivale.

La Place des Arts au bout des doigts pourrait être une réponse à cette triste réalité. Ce projet serait une application mobile qui diffuserait des œuvres interactives de musique contemporaine. Ainsi, nous proposons de créer une plateforme musicale qui se modulerait en fonction du déplacement, des actions et des choix de l’auditeur. Au même titre que notre expérience se module en fonction de nos déplacements et de nos choix lorsque nous visitons un festival.

On peut imaginer des personnes se promenant autour de La Place des Arts, respectant les règles de distanciations , téléphone en main avec une paire d’écouteurs sur les oreilles. Ils écoutent attentivement ou distraitement la musique qui leur est proposée, tout en la modulant selon leurs actions et leurs déplacements. Ils regardent le paysage urbain, l’architecture, les fontaines, les passants, et ce tout en étant baignés dans un univers sonore unique, puisque chaque expérience d’écoute serait différente par le fait que les choix et les gestes de chacun seraient différents.

En plus de vitaliser la Place des Arts avec un projet musical, cela permettrait aussi de l’enrichir d’une expérience interactive qui est parfaitement idiomatique avec l’utilisation du téléphone cellulaire.

Description du projet

Cadre géographique

               Comme nous l’avons déjà mentionné, nous proposons de construire le projet autour de la Place des Arts, puisqu’il s’agit d’un pôle culturel central à Montréal. Cela bénéficiera à tous en tant de pandémie et de carence d’activités culturelles. Nous proposons aussi de séparer le lieu en huit zones. Chaque zone serait associée à une musique différente commandée à un compositeur différent. Lorsque l’auditeur changerait de zone, la musique ferait une transition vers la musique de la nouvelle zone en utilisant le système de géolocalisation du téléphone. Voici le zonage que nous proposons, permettant la création de 8 pièces interactives :

1. La Salle Wilfrid-Pelletier

2. La Maison Symphonique

3. La Place des festivals

4. Le Musée d’art contemporain

5.  La terrasse de la Place des Arts

6. le Théâtre Maisonneuve

7. Le Complexe Desjardins

8.  Le Théâtre du Nouveau-Monde

Interaction avec la musique

Ce qui pourrait influencer la musique

En plus de faire une transition vers une autre pièce en fonction de l’endroit où se trouve l’auditeur, il est possible d’utiliser plusieurs autres éléments interactifs qui peuvent moduler la musique en fonction des actions de l’auditeur. En voici quelques exemples :

  • Secouer le téléphone;

  • Se déplacer (utilisation du système de géolocalisation de l'appareil);

  • Modifier l’angle du téléphone par rapport au sol;

  • Ajouter des objets en 3 dimensions au monde réel en utilisant la caméra du téléphone. (En d’autres termes, l’auditeur peut regarder le monde réel à travers son téléphone grâce à la caméra du téléphone et il nous est possible d’y ajouter des objets virtuels avec lesquels il peut interagir.)

  • Le taux de décibels des sons ambiants captés par le téléphone;

  • Toucher ou glisser le doigt sur le téléphone;

  • Il serait aussi possible d’afficher sur le téléphone des boutons, des glissières, des cases à cocher, des formes à bouger, etc.

Comment la musique pourrait-elle y réagir

Ces différentes actions peuvent être associées à différents éléments musicaux permettant de la moduler en temps réel et ainsi, interagir avec l’auditeur. Voici quelques exemples d’éléments musicaux pouvant faire l’objet d’interaction avec le public :

  • Modulation de la dynamique (volume) ou de la stéréophonie;

  • Ajout, retrait ou réglages d’un effet tels qu’un égaliseur, un compresseur, de la réverbération, etc.;

  • Ajout ou retrait d’instruments;

  • Passage vers une autre section de la pièce (contrôle sur la forme de la pièce);

  • Modulation d’une section de la pièce;

  • etc.

               Chaque compositeur pourra composer sa pièce en choisissant un ou plusieurs de ces paramètres interactifs avec lesquels l’auditeur pourra jouer. Le compositeur pourra aussi associer ces paramètres aux éléments musicaux de son choix. Ainsi, les compositeurs pourront construire librement leurs musiques interactives dans les limites de ce qu’il est possible de réaliser dans la programmation de l’application. Par la suite, il suffira de communiquer au programmeur les particularités de chaque univers musical. Cette liberté donné au compositeur assurera un éventail de pièces différentes qui agira différemment avec les auditeurs, assurant une variété de l'expérience musicale.

Quatuor_à_cordes.jpg

Production

           Les compositeurs devront remettre leur plan d’interactivité de la musique pour le 28 juillet, de telle sorte que l’équipe de programmation puisse commencer le travail. Ensuite. ils devront soumettre leur composition pour le 7 août. Les partitions seront imprimées et envoyées aux interprètes pour qu’ils aient un peu de temps pour pratiquer la musique avant l’enregistrement.

          Trois séances d’enregistrement sont prévues pour enregistrer onze musiciens, soit un quintette à cordes, un quintette à vents et un percussionniste dans le Studio Madame Wood à Montréal. Ces séances sont prévues du 10 au 12 août. Dans la première séance, les cordes seront enregistrées, dans la seconde ce sera les vents, puis dans la dernière, les percussions. Cette approche d’enregistrement en section permet de séparer ces groupes de musiciens pour permettre plus d’interactivité avec l’auditeur. Elle a aussi l’avantage de réduire le nombre de musiciens par séance, rendant le respect des consignes de distanciations sociales plus facile à respecter. Les compositeurs pourront, s’ils le désirent, ajouter des éléments de musique électronique à leur œuvre. Dans ce cas, ils devront fournir la piste audio de leur production électronique pour le 7 août.

           Les compositeurs conserveront la propriété intellectuelle de leur œuvre, mais autoriseront l’utilisation de leur musique dans l’application et pour le matériel promotionnel de l’application pour toujours et sur tous les territoires. Les droits voisins des interprètes sur la bande maîtresse seront achetés. De cette façon, nous aurons la totalité des droits de diffusion de la musique pour les besoins de notre projet.

          Ensuite, le projet entrera en postproduction, alors que la musique sera éditée par Olivier Gagnon, avant d’être mixée et matriçée par Simon L’Espérance. Pendant le travail de mixage, Olivier Gagnon commencera la programmation de l’interactivité de la musique dans le logiciel Wwise, qui est un logiciel d’intégration d’audio interactif pour les jeux vidéo. Le fichier Wwise sera par la suite remis à l’équipe de programmation qui terminera l’application dans le logiciel Unity, qui est un logiciel de programmation de jeu vidéo. L’application sera compatible avec tous les appareils Android et iPhone.

Notre équipe

               Pour mener à bien un tel projet, la collaboration de plusieurs professionnels de différentes disciplines est nécessaire. Nous avons déjà recruté une équipe de compositeur, deux ensembles musicaux, un contrebassiste, un percussionniste et un mixeur  qui contribueront au développement du projet La Place des Arts au bout des doigts. L'équipe de programmation sera constituée par Worthless Idea sous peu. Nous présentons notre équipe en commençant par l'instigateur du projet le compositeur Olivier Gagnon et son partenaire Worthless Idea

Olivier Gagnon

               Olivier Gagnon est le concepteur du projet La Place des Arts au bout des doigts. En plus de composer une des pièces de musique interactive du projet, il composera les transitions entre les musiques des différents compositeurs. Il assurera aussi l’intégration de la musique interactive dans le logiciel Wwise.

Biographie

                 Olivier Gagnon est un compositeur originaire de la région de Québec. Il a terminé son doctorat en composition en 2016 à l'Université de Montréal sous la supervision d’Alan Belkin et de Caroline Traube. De plus, en 2011 et 2012 il a étudié l'écriture pour orchestre à vents avec le compositeur Jan van der Roost et le compositeur Luc van Hove pendant un stage subventionné par le Conseil des arts du Canada.

                Il a reçu plusieurs prix régionaux et internationaux de composition. Parmi ceux-ci, il a gagné le Concorso internazionale di composizione "Romualdo Marenco" - sezione per Banda, ainsi que le premier prix dans la catégorie senior de l'International Antonín Dvořák Composition Competition. La musique d'Olivier Gagnon est jouée dans plusieurs pays, dont le Canada, la France, la Belgique, la République tchèque et l'Italie, ainsi que dans des festivals comme le Congrès et festival mondial de saxophone - Saxopen.

                Olivier Gagnon est très active sur la scène musicale montréalaise. Il s’est engagé plusieurs fois comme membre de conseil d’administration pour des organismes tels que l’Orchestre philharmonique des musiciens de Montréal (OPMEM) et Codes d’Accès. En effet, en plus d’avoir été président de Codes d’Accès, il a aussi été directeur général de l’OPMEM. Indépendamment de ces organismes, il a aussi organisé plusieurs concerts, dont un concert bénéfice à l’organisme Suicide Action Montréal.

                De plus, il enseigne l’analyse musicale et l’harmonie à l’Université du Québec à Montréal depuis 2019. Il anime aussi des ateliers de composition pour des jeunes du primaire et du secondaire. Dernièrement, la Société de musique contemporaine du Québec l’a engagé pour mettre en musique, avec les élèves, une bande dessinée interactive.

Nos compositeurs

Éric Champagne

               Récipiendaire des prix Opus Compositeur de l'année (2020) et Découverte de l’année (2014), le compositeur Éric Champagne détient une maîtrise en composition de l'Université de Montréal. Il a travaillé, entre autres, auprès de compositeurs tels que François-Hugues Leclair, Michel Longtin, Denis Gougeon, Luis de Pablo, John McCabe et Gary Kulesha.


              Sa musique est régulièrement interprétée au Québec et à travers le Canada, aux États-Unis, en Europe et en Inde par des ensembles et solistes de renom, dont l'Orchestre Académique de Zurich (Suisse), l'Orchestres Symphoniques de Montréal, le National Academy Orchestra of Canada, le Quatuor Molinari, le Trio Fibonacci, l'ensemble à percussion Sixtrum et bien d'autres. Compositeur en résidence de l’Orchestre Métropolitain de Montréal de 2012 à 2014, Éric Champagne collabore régulièrement avec cet orchestre pour divers projets musicaux et pédagogiques. Il a aussi occupé le poste de compositeur en résidence de la Chapelle historique du Bon-Pasteur de Montréal de 2016 à 2018.


             Éric Champagne est lauréat de plusieurs prix et distinctions, dont le Prix du CALQ-Création de l’année-Montréal pour sa Symphonie no 1 créée en mars 2014 par l’Orchestre Métropolitain, le Michael Hennagin Memorial Composition Prize de l’Université de l’Oklahoma pour sa pièce Champ-de-Mars, par jour de lumière, le Prix collégien de musique contemporaine pour sa pièce Vers les astres, le premier prix du concours de composition de l'Orchestre de l'Université de Montréal et le premier prix du concours de composition pour orgue de l'Ensemble Musica Nova de Sherbrooke.


            Éric Champagne s’implique activement dans la diffusion de la musique contemporaine et de la culture en général. Il est l’auteur d’articles, d'entrevues et de critiques publiés dans plusieurs revues dont la revue Circuit, La Scena musicale et Intersections. Il a de plus donné de nombreux ateliers de création musicale, ainsi que des conférences dans des écoles de niveau primaire, secondaire, collégial et universitaire en plus d'enseigner au camp musical Père Lindsay.

Grand-MèreÉric Champagne
00:00 / 04:01
N'importe où hors du mondeÉric Champagne
00:00 / 04:02

Nos musiciens

Esca - Quatuor à cordes

              Esca, c’est Edith, Sarah, Camille et Amélie. Quatre musiciennes accomplies, passionnées par leur art et le plaisir de faire de la musique ensemble. Fondé en 2004, ce quatuor à cordes dynamique est réputé pour ses prestations senties, accessibles et éclectiques. Ce qui distingue Esca? Une solide formation classique et une rigueur sans faille, combinées à une grande créativité et une volonté intrinsèque de communiquer avec le public. Peu importe le contexte musical – concerts classiques, tournées avec des artistes de renom, enregistrement d’albums – l’émotion et le plaisir est toujours au rendez-vous avec ce quatuor résolument féminin.

Notre mixeur

Simon L'Espérance

Simon L'Espérance sera le technicien de son, le mixeur et l'ingénieur en matriçage du projet La Place des Arts au bout des doigts

Biographie

                  Musicien créatif, réalisateur et compositeur, Simon L’Espérance se démarque par ses réalisations en studio et ses compositions dans une variété de style et avec un raffinement impressionnant. Sa recherche sonore est autant dirigée vers la musique pop et rock, que la musique orchestrale, mais on y retrouve un accent marqué pour la musique du monde et la percussion.

 

                Ingénieur de son depuis 2006, Simon a participé à plusieurs albums avec des groupes et artistes québécois de renom. Il produit et mixe depuis, plusieurs albums et trames sonores avec rigueur et passion. Simon est titulaire d’une maîtrise en Orchestration pour films et télévision ainsi que d’un certificat en production musicale au Berklee School of Music à Boston en plus d’être bachelier en interprétation en guitare populaire à l’Université du Québec à Montréal.

 

                 Tant comme musicien, compositeur, ou réalisateur, sa recherche de profondeur et son talent artistique sont indéniables. Enseignant en musique à l’image à L’Université du Québec à Montréal et à L’Université de Sherbrooke, son implication et sa passion pour la musique à l’écran et la production musicale se partagent de plus en plus. Sa passion et son intensité définissent sa profondeur artistique et font de lui un musicien polyvalent et créatif. Il est membre fondateur de Karcius et le principal réalisateur-mixeur des 5 albums du groupe.

Nos programmeurs

D'autres programmeurs seront bientôt affichés sur le site, nous les recrutons en ce moment même.

Raphaël Huot

                 Raphaël Huot a complété une technique en conception de mécanique de jeux vidéo à Isart Digital, dans lequel il a acquis des compétences d’analyste et de communication. Par la suite, il a travaillé en tant qu’analyse de technique de jeu chez Gameloft Montréal, ainsi que comme coordonnateur de projet chez Fusion Jeunesse. Au cours de l’exercice de ces fonctions, il a mis en pratique ces compétences de gestion de projet et de gestion d’équipe en accompagnant des douzaines de jeunes à travers la production de jeux vidéo et a rapidement pris goût à la production.

                Après avoir investi plus d’un an à accompagner des projets dans des écoles secondaires, il a décidé de lancer sa carrière de travailleur autonome. Raphaël s’est donc inscrit comme entreprise individuelle sous le nom de Worthless Idea : une entreprise qui a comme mission de produire des expériences interactives et visuelles pour des artistes locaux.

Marquise_PlacedesArtsCREDIT_caroline_Ber

En bref ...

                  Le projet La Place des Arts au bout des doigts permettrait de créer une expérience musicale unique dans un contexte où ce milieu si fort culturellement a été vidé à cause de la pandémie. De plus, cela permettrait à plusieurs musiciens et compositeurs de participer à un projet de création, dans un contexte où le travail se fait rare.

                Les auditeurs pourraient non seulement profiter d’un moment musical unique, mais pourraient participer directement ou indirectement à la création de leur expérience musicale personnelle, par le biais de paramètres modulables en temps réel, tout en admirant le paysage urbain autour de la Place des Arts.

                De plus, la nature technologique et interactive du projet, qui est une application mobile, lui permettrait d’attirer un public plus jeune que celui qui fréquente habituellement les concerts de musique contemporaine. Cela est accentué par le fait que les auditeurs pourront l’utiliser quand ils le voudront et qu’ils le feront à l’extérieur, évitant ainsi le décorum d’un concert. Cela a comme impact de donner une expérience libre et conviviale qui correspond davantage à ce que les jeunes d’aujourd’hui recherchent. La Place des Arts au bout des doigts pourrait donc permettre de développer le public de la musique contemporaine en la présentant à un public peu exposé à cette richesse culturelle.

La pérénité du projet

Les œuvres interactives créées dans le cadre de La Place des Arts au bout des doigts ne seraient pas limitées dans le temps. En effet, sa genèse serait liée à la crise de la COVID-19, mais l’application aurait une plus grande durée de vie. Elle pourrait être disponible pour être téléchargée sur des appareils Android ou iPhone pendant des années. Ainsi, les œuvres pourraient vivre encore très longtemps. Elles ne seraient pas attachées à un moment précis dans le temps et ne nécessiteraient aucun investissement pour être rediffusées. Il suffirait de télécharger l’application et de se rendre sur les lieues.

              Ce projet hors du commun nous stimule énormément. Non seulement, parce qu’elle a une qualité créative très forte, mais aussi parce qu’elle est originale dans sa structure interactive et technologique. De plus, elle a un impact économique et social sur les artistes, sur la vie culturelle montréalaise, ainsi que sur sa population. Nous espérons que ce projet de création vous enthousiasmera tout autant.

Contactez-nous

              Si vous avez des questions au sujet du projet de création d’œuvres interactives La Place des Arts au bout des doigts, je vous invite à communiquer avec moi.

olivier@compogagnon.com

+1-438-932-6676

* Les deux photos de la place des arts sont la propriété de Caroline Bergeron selon le contrat de licence suivant